Experte en management, communication & relations commerciales en ALSACE

10 rue du Hibou - 67600 Sélestat - 06 81 67 33 47

Managers, mettez de l’optimisme dans vos équipes !

Livre, optimisme, Le monde va beaucoup-mieux-que-vous ne le croyez
Jacques Lecomte optimisme optimiste

LIVRE – Interview avec Jacques Lecomte, auteur du livre Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez.

Un manager peut parfois être confronté à des équipes qui pensent que rien ne va : leur entreprise, la politique, la France, le monde, le djihadisme… alors que c’est faux. C’est ce que montre Jacques Lecomte, preuves à l’appui, dans son ouvrage Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez.

Un livre que je recommande aux managers qui veulent redonner de l’espoir à leurs troupes et porter un regard optimiste sur le monde qui nous entoure. Vous y trouverez de nombreux exemples précis pour positiver vos équipes.

Laurence Perrin : Quel est l’objectif de ton nouveau livre et pourquoi l’as-tu écrit ?

Jacques Lecomte : Le point de départ, c’est la fin de l’année 2015 en France, en raison des deux vagues d’attentats. Il y avait une atmosphère très anxiogène et très dépressive dans l’ensemble de l’opinion publique. Or, en termes de bilan pour cette année-là et à l’échelle de la planète, je trouvais qu’il y avait plutôt de bonnes nouvelles. En effet, l’ONU avait publié pendant l’été 2015 un document qui portait sur le bilan des objectifs du Millénaire.

En 2000, l’ONU a mis en place un grand projet intitulé « Objectifs du millénaire pour le développement, OMD » dont l’objectif très ambitieux portait sur l’amélioration de l’humanité et de la planète avec un bilan en 2015.

Or, à la publication de ce rapport, l’amélioration de différents éléments de la planète était considérable.

Les médias en ont très peu parlé ou négativement en disant que l’ONU n’avait pas atteint ses objectifs. Tout simplement parce que l’ONU avait fixé des objectifs très ambitieux et que tous n’ont pas été atteints – certains oui, d’autres non.

Je préfère que l’ONU ait eu des objectifs très ambitieux, dont certains quasiment hors d’atteinte plutôt que des objectifs bas, tous atteints. Car cela a généré une très forte dynamique à l’échelon mondial.

« J’entendais partout que tout allait mal, qu’il y avait de plus en plus de violence, de souffrance ; et je découvrais dans ce rapport que cette vision était fausse ! »

Cela m’a donc intéressé de creuser, je souhaitais connaître de façon plus objective l’état du monde. Le rapport de l’ONU a été le point de départ, mais j’ai ensuite dépouillé de très nombreux documents officiels et études scientifiques qui confirmaient largement cette amélioration.

L.P. : Et pour toi alors, quel est le message clé ? Qu’est-ce que tu aurais envie de transmettre ?

J.L. : Pour moi, il y a 3 messages clés.

Le 1er message, c’est le titre du livre « Le monde va beaucoup mieux qu’on ne le croit ». Pourquoi croit-on qu’il va mal ?

Je prends un seul exemple : la criminalité. Selon des enquêtes faites en Occident, la majorité des gens pensent que la criminalité augmente fortement. Ce qui est faux dans pratiquement tous les pays occidentaux. La criminalité est en baisse, voire en baisse radicale.

En Ile-de-France, une étude démontre que la criminalité a été divisée par 3 en 20 ans. Impossible de tricher, de trafiquer les statistiques, c’est l’institut médicolégal.

En revanche, en parallèle, les médias écrits, la TV, la radio, ont multiplié au fil des ans le nombre de crimes et faits divers.  La part dans les médias augmente alors que les crimes diminuent ! Les gens croient donc qu’il y a de plus en plus de crimes, alors qu’il y en a de moins en moins.

Il est donc intéressant d’aller au-delà de l’information médiatique et d’essayer de voir les chiffres, les données.

Le 2ème message, c’est que même si le monde va mieux qu’on ne le croit, cela ne veut pas dire qu’il va bien – il y a encore des progrès à faire.

Par exemple, il y a près de 2 milliards de personnes qui sont sorties de la faim en 20 ans. Mais il y a encore 800 millions de personnes qui y sont ! Il y a donc encore des progrès à faire.

Pratiquement, tous mes chapitres se terminent par un paragraphe qui s’intitule « La prudence reste de mise ». Il ne faut pas nous reposer sur nos lauriers.

L.P. : En conclusion, comment faire ces progrès ? Comment améliorer la situation ?

J.L. : C’est le troisième message de mon livre. Inspirons-nous du premier point ! C’est-à-dire, de ce qui s’est déjà bien passé, des progrès qui ont été faits !

Essayons de comprendre les processus qui ont permis de faire ces améliorations et voyons si l’on peut les appliquer aux problèmes restants. Nous sommes dans la dynamique de voir ce qui fonctionne et ce qui a fonctionné.

Le monde va mieux que vous ne le croyez !

  • Les décès liés au SIDA ont baissé de 35 % en huit ans.
  • L’extrême pauvreté dans le monde a chuté de deux tiers depuis 1990.
  • Le taux de scolarisation a doublé dans les pays les plus pauvres.
  • La couche d’ozone se reforme.
  • La déforestation diminue…

Ainsi, dans ce livre, Jacques Lecomte nous donne 50 raisons d’être optimiste.

Il nous invite à porter un regard sur le monde, plus réaliste et donc plus positif !

La bio

Jacques Lecomte est formateur, consultant, conférencier et écrivain.

Auteur de Les Entreprises humanistes (Les Arènes), La Bonté humaine, Altruisme, empathie, générosité (Odile Jacob), Jacques Lecomte est président d’honneur de l’Association française de psychologie positive. Il a enseigné les sciences de l’éducation à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et à la faculté des sciences sociales de l’Institut catholique de Paris.

Son tout dernier livre Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez ! est paru en 2017 (Les Arènes).

En savoir plus Jacques Lecomte

Lire l’article qui lui est consacré sur Wikipédia

Le livre

Livre, optimisme, Le monde va beaucoup-mieux-que-vous ne le croyez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d’informations sur ce livre

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
Commentaires fermés sur Managers, mettez de l’optimisme dans vos équipes !

Les commentaires sont fermés.