Experte en Leadership Bienveillant et en Démarche Appréciative

Conférences et accompagnement • 06 81 67 33 47

4 semaines pour mettre du bonheur dans votre vie !

Comment augmenter votre bonheur

On pourrait se dire qu’il est légitime et normal d’être heureux. Pourtant, tout le monde ne se sent pas heureux, même lorsque nous avons objectivement toutes les raisons de l’être. Pouvons-nous agir sur notre bonheur ? Pouvons-nous le partager avec les autres ?  Le sentiment de bonheur a-t-il un impact sur notre travail ?

Dans son livre “Comment augmenter votre bonheur”, Jordi Quoidbach présente le résultat de ses recherches et démontre que nous avons la capacité d’augmenter notre bonheur. Il propose même un programme d’entraînement au bonheur en 4 semaines !

C’est quoi le bonheur ?

Jordi Quoidbach décrit trois états de bonheur :

  • Le bonheur hédonique, qui s’impose dans le monde scientifique, est le fait de vivre des émotions positives. Nous sommes dans un bien-être subjectif.
  • Le bonheur eudémonique, c’est donner du sens à notre vie, s’accepter soi-même, avoir des relations sociales épanouies, se réaliser pleinement. Nous sommes dans un bien-être psychologique.
  • Le flow (flux en français) est un état de concentration maximale dans une activité passionnante et que nous maîtrisons. Il procure une sensation agréable et un sentiment fort d’efficacité. Nous nous sentons au sommet de nos capacités. Le flow donne du sens et de la richesse à notre existence, améliore notre humeur et augmente notre bonheur.
Bonheur

Mesurer le bonheur

L’humeur dans laquelle nous nous trouvons au moment présent détermine entre 41 % et 51 % de notre satisfaction sur l’ensemble de notre existence. Cela s’explique par le fait que nous nous basons sur les émotions du moment, et que nous y relions nos souvenirs congruents.

Nous avons la capacité d’augmenter notre bonheur, mais comment peut-on mesurer cela ?

Il existe une formule :

Bonheur = (Positif  ≥   2,9) / (Négatif = 1)

Il s’agit de mesurer le ratio entre les éléments positifs et les éléments négatifs de notre vie. Pour se déclarer heureux, il faut avoir au moins 2,9 éléments positifs pour 1 élément négatif. Par exemple,

  • Une équipe de haute performance a un ratio de 6 éléments positifs pour 1 élément négatif ;
  • Une équipe de performance moyenne a un ratio de 2 éléments positifs pour 1 élément négatif ;
  • Une équipe de performance faible a un ratio de 0,36 élément positif pour 1 élément négatif.

Dans un couple qui fonctionne sur le long terme, le ratio est de 5/1. Les éléments positifs sont les compliments, les marques d’affection, les gestes de tendresse.

En résumé, il faut avoir 3 fois plus d’éléments positifs que d’éléments négatifs, car le mal nous affecte plus longtemps et de manière plus forte que le bien. En dessous de 3 éléments positifs pour 1 élément négatif, la compréhension des autres n’est pas facile.

Si le bonheur tient à la prépondérance des éléments positifs qui jalonnent notre vie, la présence d’éléments négatifs est elle aussi importante. En effet, les émotions négatives aident à nous préserver : la peur nous fait fuir, la colère nous incite à agir… Il est donc nécessaire d’avoir une certaine dose d’événements négatifs pour maintenir une dynamique d’épanouissement personnel : 11/1 est le maximum.

Que ce soit au travail, dans notre vie personnelle ou dans notre couple, il faut parvenir à avoir entre 3 et 11 fois plus d’éléments positifs que d’éléments négatifs pour être heureux.

Qui remporte la palme du bonheur ?

Le bonheur se répand comme un virus : il est contagieux. Il peut dépendre des fluctuations émotionnelles des personnes qui nous entourent. Il se répand plus facilement entre individus du même sexe.

Les Danois

Le Danemark arrive très souvent en tête du peloton des pays les plus heureux depuis plus de 30 ans :

  • 68 % des personnes y sont plus heureuses, contre 18 % des Français et 20 % des Européens en règle générale.
  • C’est le pays où il y a le moins de différence de revenus entre les riches et les pauvres.
  • Les Danois sont peu optimistes, mais réagissent positivement aux bonnes surprises.

Les hommes

De nos jours, les hommes sont plus heureux que les femmes, que celles-ci soient mariées, célibataires, divorcées, avec ou sans enfant, jeunes ou moins jeunes :

  • Dans les enquêtes, les femmes sont plus honnêtes dans leurs réponses que les hommes.
  • Et leurs attentes sont plus élevées : être bonne mère, bonne épouse, bon professeur… et être bien sur le plan personnel.

A quoi sert le bonheur ?

A part à être heureux ?

  • Le bonheur agit sur la santé.
  • Il a une incidence sur la capacité à trouver un emploi et sur la réussite professionnelle : il apporte plus de performance, de créativité, et une meilleure appréciation des autres. Les émotions positives génèrent un état d’esprit plus ouvert.
  • Le bonheur personnel contribue à construire et à renforcer les liens sociaux. La joie augmente l’altruisme.
bonheur

Qu’est-ce qui fait le bonheur ?

Les amis ?

Avoir entre 5 et 10 amis rend heureux. Au-delà de 10 amis, il n’y a plus d’incidence sur le bonheur.
L’amitié au travail permet d’être 7 fois plus motivé par son travail, d’être plus productif, d’avoir moins d’accident du travail et d’être plus innovant.

La beauté ?

La beauté et l’esthétique ont un impact sur le niveau de bonheur, principalement pour les citadines.

Le travail ?

La satisfaction au travail augmente de 50 % lorsqu’il y a de l’amitié au travail.
La durée des trajets pour se rendre au travail influe négativement sur le bien-être. Travailler près de chez soi augmente le niveau de bien-être et donc de bonheur.
20 % de notre satisfaction totale dans la vie est liée à notre satisfaction au travail. Nous pouvons considérer notre travail :

  • Soit comme un job qui nous procure des avantages matériels.
  • Soit comme une carrière : l’investissement y est plus fort, motivé par les avantages matériels et la possibilité d’avancement, la responsabilité, le pouvoir, les gains, le statut social…
  • Soit comme une vocation : le travail, inséparable de notre vie privée, est porteur de sens, il nous épanouit sur le plan personnel et contribue au bien-être des autres et de la société en règle générale.

L’argent  ?

Comme l’adage le dit si bien : “L’argent ne fait pas le bonheur… mais il y contribue.” Certes, l’argent procure un certain confort de vie, mais d’un autre côté, il émousse la capacité à savourer les petits plaisirs de la vie. Son évocation modifie la réponse à des situations.

Le mariage ?

Le mariage est associé à une augmentation du bonheur pendant une durée de 2 ans. Ensuite, la prédisposition personnelle à être heureux revient à sa ligne de base. Le mariage qui tient longtemps s’appuie :

  • sur une communication de qualité (1 reproche pour 5 marques d’affection),
  • sur l’intérêt et la joie manifestés pour notre partenaire quand celui-ci vit quelque chose de positif,
  • sur le fait de vivre des activités ensemble stimulantes.
  • Et aussi sur le fait de faire l’amour régulièrement.

Les enfants ?

Le nombre d’enfants a un impact sur le sentiment de bonheur dans le couple : plus nous avons d’enfants, moins nous sommes satisfaits de notre relation amoureuse. Les couples sans enfant sont plus heureux que les couples avec enfants. Le départ des enfants a aussi un impact positif certain sur le niveau de bonheur des parents.
Avoir des enfants ne garantit pas d’augmenter notre niveau de bonheur personnel. Bien au contraire, il le diminue.

La santé ?

La notion de bonne santé n’est pas corrélée à la notion de bonheur. L’humain a la capacité de s’adapter tant à la maladie qu’à la bonne santé.

L’âge ?

L’âge idéal pour être heureux se situe entre 65 et 85 ans ! Et c’est aux alentours de 50 ans que le bonheur touche le fond.
Le stress diminue tout au long de notre vie et atteint son minimum à l’âge de 85 ans. La tristesse augmente jusqu’à l’âge de 50 ans pour diminuer ensuite graduellement jusqu’à 73 ans. L’évolution du bonheur suit une courbe en U. Cela vient avec l’âge !
50 % de notre sentiment général de bonheur est inscrit dans notre ADN. Il dépend donc à 50 % de de soi-même !

La façon de penser ?

Poursuivre des objectifs personnels rend heureux : faire des projets, se fixer des objectifs de vie, œuvrer à les accomplir…
Plus le choix de produits, services ou autres est important, moins nous sommes heureux, car trop d’options nous paralysent.
La façon de penser détermine largement notre bonheur. Il est possible de modifier notre façon de penser grâce à un entraînement régulier. Le cerveau est malléable et peut évoluer sans cesse. Les émotions positives se situent dans le lobe gauche et les émotions négatives dans le lobe droit du cortex pré-frontal.

La “to do list” du bonheur

  • Etre ouvert à la surprise et à l’incertitude.
  • Ecrire un journal intime sur nos émotions négatives en multipliant les points de vue, en approfondissant les causes et les conséquences.
  • Imaginer tous les soirs avant d’aller se coucher 4 événements positifs qui pourraient nous arriver.
  • Prendre rendez-vous avec notre psy.
  • Eviter les auto-affirmations « je suis belle, intelligente… ».
  • Anticiper nos vacances.
  • Offrir un cadeau à quelqu’un ou faire un don.
  • Sourire et rire.
  • Faire du sport.
  • Méditer.
  • Induire la joie  par la musique, films ou histoires amusantes, feedbacks positifs.
  • Ressentir émotionnellement des phrases positives.
  • Se souvenir d’événements positifs, être en relation avec quelqu’un de joyeux.
  • Dire merci.
  • Varier nos plaisirs.
  • Suivre le programme d’entraînement au bonheur proposé dans le livre de Jordi Quoidbach !

Le bonheur en 4 semaines

Jordi Quoidbach propose un « programme d’entraînement au bonheur sur 4 semaines » avec un exercice à réaliser chaque jour.

En premier lieu, vous commencerez par mesurer votre niveau de bonheur, ce qui vous permettra de vérifier l’écart en fin de programme.

L’auteur vous explique comment mettre en place les fondations du bonheur et propose des exercices adaptables à vos possibilités de temps ou d’envie, pour vous entraîner tous les jours.

Retrouver le programme de Jordi Quoidbach dans son livre
« Comment augmenter votre bonheur ? », éditions Dunod, 2013

Découvrir Jordi Quoidbach et le contenu de son programme dans la vidéo :

Formation managériale

Laurence Perrin propose des formations pratiques pour les managers

En savoir plus

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
Commentaires fermés sur 4 semaines pour mettre du bonheur dans votre vie !

Les commentaires sont fermés.